Coeur à coeur: Meghan et Harry, de la difficulté d’être le second couple princier dans la monarchie britannique!

J’adore l’Angleterre. J’ai découvert ce beau pays quand j’étais enfant en France, lors de multiples voyages où l’on traversait encore la Manche en bateau. C’était bien avant l’Eurostar entre Paris et Londres! J’ai appris un anglais de style classique britannique. J’adore le style architectural des maisons anglaises comme celles dites «town house» et le «fish and chips». Mes enfants portent chacun un prénom anglais et je vis, depuis de nombreuses années, au Canada… alors, la situation de Meghan et Harry m’invite à réfléchir.

Le choix du devoir est une obligation quand on est héritier du trône d’Angleterre. Et quand on est le second rôle dans l’ordre dynastique, est-ce que l’on a vraiment sa place en tant que membre actif au palais?

Être le deuxième dans la vie de famille, prendre sa place, vouloir suivre sa propre voie en choisissant son destin, est toujours difficile. Les comparaisons entre enfants sont un classique en vie privée comme en vie publique. Alors quand on fait partie d’une famille royale, quel cruel dilemme entre celui de rester dans les rangs et celui de vivre sa vie, sous les regards de tous! Harry a toujours vécu une vie différente de celle de son frère bien avant sa rencontre avec Meghan.

Le Megxit semble être comme le Brexit, le signe d’un renouveau de la monarchie britannique à travers une crise de la redistribution des rôles en pointant le besoin de liberté de Harry et sa femme face au couple héritier, William et Kate, qui ne partage pas réellement sa place publique, ordre du rang oblige.

Est-ce que limiter le nombre des membres actifs dans la famille royale est une chose négative dans le monde d’aujourd’hui? Le contribuable anglais ne peut pas s’en plaindre. La monarchie britannique apparait comme avoir eu besoin, bien avant l’arrivée de Meghan dans la vie de Harry, d’un renouveau. C’est ainsi que Kate avait déjà commencé ce modernisme de la royauté d’Angleterre par son image d’une femme d’un style moderne même si le prix de sa garde robe avait été critiqué. Kate et William sont parfaits dans leur apparition publique. Leur mariage que j’avais regardé en direct à la télévision française, quand j’habitais Versailles, était si sublime! Ils se préparent désormais à être roi et reine et il n’y avait vraisemblablement pas de place à côté d’eux…

La difficulté de trouver l’Amour quand on est dans la monarchie de par le poids que cette institution impose à la conjointe également, Harry l’a vécu avant de rencontrer Meghan. Il a été difficile pour lui avec ses précédentes amoureuses de rencontrer la bonne personne qui souhaitait prendre le rôle officiel dans cette belle famille. Par ailleurs, Kate semble être une belle soeur très exigeante dans l’acceptation des choix de Harry. Avec les années qui passent, Harry a donc imposé son choix, celui de son bonheur avant celui de sa famille. Est-ce que cela est inapproprié? Peut-être pas quand on n’est pas l’héritier du trône et que l’on garde en soi une certaine sensibilité avec le destin tragique de sa mère dont il était si proche. Dans l’époque actuelle où l’on prône l’authenticité, son unicité et la connaissance de soi, pourquoi cela ne s’appliquerait-il pas à Harry? La liberté ne vient pas sans conséquences et il les assume aujourd’hui paraissant courageux et solide pour protéger la famille qu’il crée avec sa femme et ses enfants.

Meghan correspond à ses valeurs, celles de sa mère. Comme sa mère, il cherche à vivre sa vie dans l’engagement mais avec des codes plus libres par son caractère impulsif et son éducation. Il a été élevé entre les deux mondes, sa mère lui ayant ouvert des moments d’une «vraie» vie dont il en garde les bons souvenirs. Je me souviens des entrevues de Diana qui expliquait les sorties avec ses enfants dans la vie londonienne une journée par semaine comme pour les préparer, à être un bon souverain humaniste pour William, et, à avoir le choix de ses projets pour Harry.

C’est toujours une difficulté de construire sa vie de couple dans une famille quand on fait des choix différents. Il a choisi d’épouser une femme qui n’est pas anglaise et qui a toujours été très engagée dans ses prises de position. C’est cette différence dont il est également tombé amoureux sans doute et qui pouvait laisser présager son envie de vivre sa vie d’époux et de père autrement au sein de la famille royale.

C’est souvent à la pièce rapportée que l’on reproche les changements réalisés dans les décisions d’un couple comme s’ils avaient été dictés par la nouvelle compagne. Alors que bien souvent, ces souhaits de changements existent déjà en la personne mais l’autre permet seulement de les matérialiser. C’est là que l’on reconnaît un grand amour notamment, quand l’autre représente le style de vie que l’on veut mener. C’est quand on trouve en l’autre la voie vers le nouveau chemin que l’on voulait prendre. Quelle belle aventure de la construire avec la confiance mutuelle de l’autre! Les journalistes qui commentent et jugent les choix de Meghan et Harry n’ont pas vécu de changements de vie, de pays bien souvent. J’ai cette expérience de vie différente autant dans le couple que dans le changement de pays entre l’Europe et l’Amérique du nord. (J’en ai même fait l’objet d’un livre «Songe d’une vie douce», voir la section du blog «mes produits»), je comprends tellement les difficultés du couple Meghan et Harry, et ce, d’autant plus quand on fait partie de la monarchie britannique.

La difficulté de vivre face aux médias après l’accident tragique de sa mère, Harry semble ressentir encore ce poids fortement. Je me souviens tellement où j’étais et ce que je faisais quand j’ai appris la terrible nouvelle en ce mois d’aout 1997!

Alors les commentaires de la presse et les pressions de sa famille ont tellement attristés cet homme dans son bonheur de jeune papa et de jeune marié, affecté par la propre douleur de sa femme.

Dans la vie, parfois, il faut s’éloigner pour trouver sa paix ailleurs avec la famille que l’on crée soi-même. Il est nécessaire dans certains cas pour son bonheur, celui de sa femme et la paix de la famille, de tourner la page et de laisser son passé sans jamais l’oublier pour écrire son futur, libre de ses choix tout en continuant son engagement personnel mais d’une façon nouvelle. Avec les avions et l’internet, vivre une expatriation ne nous plonge pas dans la solitude étalée dans les médias, surtout quand on les moyens d’avoir une grande maison avec plusieurs chambres d’amis et un jet privé!

Leur nouvelle maison en Californie est protégée des journalistes et Harry peut se sentir apaisé face à ses angoisses des flashs qui crépitent. Ils choisissent ainsi quand ils veulent être exposés aux médias. Ils vivent une vie loin des codes royaux, celle rêvée par sa mère.

La vie c’est le mouvement comme les changements, les joies et les peines, même au sein de la famille royale britannique. On ne peut pas plaire à tout le monde et le temps fait bien les choses, dit-on! Entretemps, il faut se protéger pour vivre heureux et préserver son image publique pour réussir les engagements que l’on souhaite mener par la suite.

Dans les comtes, le prince et la princesse se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Dans la monarchie britannique d’aujourd’hui, Meghan et Harry ne sont plus princesse et prince mais ils eurent beaucoup d’enfants dans leur propre royaume dessiné par leurs mains…

A la semaine prochaine,

Prenez soin de vous,

axelle🌼

Laisser un commentaire